facebooktwitterGoogle+

Ma recherche

Témoignages

16 avril 2018
Etudier en double diplôme dans la Silicon Valley comme Kevin

Bonjour à tous, Je suis Kevin, j'ai intégré UCSC Silicon Valley Extension le 16 Janvier 2018, je viens actuellement de terminer mon premier quarter, et un retour d'expérience me semble intéressant pour aider certains d'entre vous à prendre une future...

Lire ce témoignage

Bonjour à tous,

Je suis Kevin, j'ai intégré UCSC Silicon Valley Extension le 16 Janvier 2018, je viens actuellement de terminer mon premier quarter, et un retour d'expérience me semble intéressant pour aider certains d'entre vous à prendre une future décision d'études.

UCSC extension est, je le rappelle, quasiment au cœur de la Silicon Valley. Cette école, relativement récente, permet aux étudiants internationaux de bénéficier de la qualité des écoles UC mais surtout d'être entouré de plusieurs grosses entreprises qui pourront peut-être, être un jour, LA boite pour laquelle je pourrais travailler.

Revenons un peu sur mon premier quarter. Tout d'abord, j'effectue un certificat Business & Leadership (en double diplôme avec Totem Formation), qui est la continuité des études que j'ai réalisé en France. J'avais 5 différentes matières, "Marketing", "Communication", "Finance", "Accounting" et "Organizational, Development and change". Tous mes cours se déroulaient de 18h à 21h du lundi au vendredi, sauf pour "ODC" qui avait lieu le samedi de 9h à 16h. Oui je sais, le samedi, ça n'est pas l'idéal, mais c'était très intéressant :)

Chaque cours demandent de la rigueur, car c'est énormément de travail personnel, il faut s'adapter aux nouveaux termes anglais utilisés, et suivre, mais honnêtement, on s'y habitue plutôt bien.

Concernant les instructeurs, ce sont en général des professionnels, qui viennent après leur travail la plupart du temps, ou alors, ce sont des personnes qui ont arrêtés de travailler pour se consacrer à 100% à la formation. Les cours sont plutôt intéressants, je n'ai rien à dire dessus. Concernant le campus, je pense qu'il y a quelques améliorations possibles pour la vie étudiante.

En fait, nous avons tous les équipements nécessaires au travail, ce qui est parfait, en revanche concernant les infrastructures, il n'y a qu'un terrain de basket, et un peu plus ne ferait pas de mal, comme une piscine, terrain de foot ou salle de gym ... pour le prix déboursé c'est le point noir de l'école je trouve. (Comparé aux autres universités).

En revanche, l'équipe encadrante est très à l'écoute, ils m’ont même proposé de me payer un appart que je rembourserais tous les mois afin de me faciliter les tâches administratives.

Voilà, après 3 mois passés sur le campus de UCSC, j'ai terminé mon premier quarter avec 18,5 de moyenne, j'entame à présent mon deuxième quarter jusqu'à Juin en espérant faire aussi bien.

Et pour ceux qui hésitent encore à partir, ce que je peux comprendre, dites-vous qu’une année, ce n'est pas grand-chose. Ce n'est rien en fait, car ça passe à une vitesse incroyable !
Et en plus d'avoir le privilège d'étudier dans une école "UC" (University California), l'enrichissement personnel est d'autant plus important grâce aux rencontres et aux nouvelles cultures.

A bientôt en Californie.

Kevin.

01 mars 2018
Après 3 mois d'études en Nouvelle Zélande, Témoignage de Camille

Camille est depuis le mois d’Octobre à Auckland, à Otago Polytechnic. Pour rappel, elle est étudiante en double diplôme avec l’ISCG Paris. Elle vous présente ses premiers mois en Nouvelle Zélande. Bonne lecture !Une question à poser...

Lire ce témoignage

Camille est depuis le mois d’Octobre à Auckland, à Otago Polytechnic. Pour rappel, elle est étudiante en double diplôme avec l’ISCG Paris. Elle vous présente ses premiers mois en Nouvelle Zélande. Bonne lecture !
Une question à poser à Camille, c’est par ici : info@idds.fr 

 

Kia Ora tout le monde !

A Auckland depuis maintenant 3 mois, j'arrive à la fin de mon deuxième block. Chaque block est composé de deux matières, d’une durée de 7h/semaine, et s’étale sur une durée de 8 semaines.
La quantité de travail à fournir est de ce fait assez dense mais laisse tout de même place pour un « part-time job » (20h par semaine).

Je finis dans 3 semaines et mon 3eme block laissera place à l’« INDUSTRY PROJECT ». Il s’agit là d’un stage en entreprise, avec à la fin la remise d’un rapport de stage suivant les principes d’une problématique. Un oral aura lieu par la suite, afin de présenter ce rapport ainsi qu’une réflexion personnelle sur cette expérience.

A mon arrivée, pour être tout à fait honnête, je me sentais comme un ovni aux vues de la différence de réflexion et d’habitudes que l’on pouvait avoir mes camarades et moi. J’étais « la bête curieuse ».
Oui oui, ça ne change pas, les français sont toujours bel et bien au centre de l’intérêt des autres nations. Ce qui est un avantage sur certains points, je dois le dire…

Au-delà de tout cela, la qualité des cours est bonne, les professeurs sont très dévoués et à l’écoute, ils vous dirigent dans vos devoirs comme il se doit. L’apprentissage en revanche est une approche totalement différente : il n’y a pas d’examens, pas d’exercice à faire, pas de poly, etc… Tout est une affaire de pratique ! Les professeurs sont, la plupart du temps, des professionnels vous faisant part de leurs expériences passées au travers de théories. L’enseignement passe par beaucoup de cas pratique et il est demandé aux élèves de réaliser une présentation orale assez fréquemment.
Pas de panique ! Les professeurs sont là ! Ils mettent réellement en avant les efforts fournis par l’élève.

Côté infrastructure, le campus sur Auckland est moderne et neuf, et toutes les classes disposent d’un vidéoprojecteur. Beaucoup d’entre-elles sont en open-space.
L’administration est composée de beaucoup d’anciens élèves diplômés. De ce fait, il est très facile d’entrer en contact avec eux si le moindre problème se pose, et trouveront toujours une solution adéquate. Un département est complètement dédié aux élèves, son nom est « Student Success ». Comme son nom l’indique, ce département est totalement consacré aux étudiants et à leur succès au sein de l’école. Tout est mis en place pour que les élèves se sentent intégrés et puissent passer une année aussi bonne que possible.

En effet, l’école a organisé une activité lors de la semaine d’intégration afin de permettre aux élèves de faire connaissance avec la ville ainsi que leurs nouveaux camarades. J’ai choisi de visiter la SkyTower qui est la tour de vue à 360° de la ville d’Auckland faisant place à une vue imprenable sur l’océan et ses alentours (très réputée pour son Casino et restaurant).

En espérant que ce petit bout d’expérience vous donne une petite idée de ce qui pourrait vous attendre…
A bientôt pour d’autres nouvelles !

Camille.

 

 

22 janvier 2018
Etudier le journalisme à UCLA Extension, Agathe P.

Agathe P. , étudiante en Journalisme à IICP, réalise actuellement un double diplôme aux Etats Unis, à UCLA Extension.  - Bonjour Agathe, peux-tu te présenter ? Bonjour, j'ai 22 ans et une licence de Langue Etrangères Appliquée option...

Lire ce témoignage

Agathe P. , étudiante en Journalisme à IICP, réalise actuellement un double diplôme aux Etats Unis, à UCLA Extension. 

- Bonjour Agathe, peux-tu te présenter ?

Bonjour, j'ai 22 ans et une licence de Langue Etrangères Appliquée option communication en poche. Je souhaitais poursuivre mes études dans le journalisme mais aussi voyager. J'ai d'abord pensé aux écoles de journalisme françaises mais les critères de sélections sont complexes et couteux. Et j'ai toujours voulu voir la Californie. Alors, quand un ami m'a parlé d'IDDS qui propose des doubles diplômes à l'étranger, j'ai jeté un œil au site et ai trouvé une formation de journalisme à UCLA extension, à Los Angeles. Je me suis dit que c'était une opportunité à ne pas rater !

 

- Comment se passent tes cours à UCLA Extension ? Peux-tu nous expliquer un cours type ?

Tous mes cours du premier Quarter (trimestre) se sont passés de 19h à 22h, ce qui requiert un petit temps d'adaptation au début mais on s'y fait vite. La notation est continue, c'est à dire que toutes les semaines, pour tous les cours, il faut rendre des exercices qui seront notés. Certains examens se déroulent en cours mais ils restent rares.
Le cours que j'ai préféré jusque-là est "Entertainment Journalism", où nous avons pu parler, écrire sur nos passions, le cinéma, la musique, les séries télé. Notre professeur était également journaliste à Buzzfeed USA pour la partie plus sérieuse de Buzzfeed. Il est spécialisé dans le journalisme sur le cinéma et avait invité plusieurs "guest" journalistes aussi ce qui a été très intéressant. C'est là où j'ai le plus appris puisqu’on a pu mêler pratique à théorie.

 

- Il y a beaucoup de travail personnel à fournir pour les cours. As-tu des conseils à donner aux futurs étudiants ?

Il y a en effet beaucoup de travail personnel à fournir. Je ne m'y attendais pas forcément, c'est très différent de nos habitudes françaises. Le travail commence dès la première semaine et malgré le fait de n'avoir que 4 cours de 3h chacun par semaine, les devoirs prennent tout le reste du temps libre. Il faut être très organisé pour sortir le week-end. Tous les professeurs sans exception vous donnerons quelque chose à faire pour la semaine suivante. (Selon le professeur, le travail est plus ou moins gros/long). Les devoirs consistent en général à rendre des exercices, des articles ou des écrits mais surtout beaucoup de lecture.
Le mieux c'est de s'organiser à l'avance, essayer de ne pas se laisser submerger. Il y a des "deadlines" à respecter ce qui nous apprend déjà le métier de journaliste. Le point positif c'est que vous ne serez pas le seul à vous sentir submergé, tous les étudiants sont dans le même cas !

 

- La vie sur UCLA Extension, c’est comment ?

3/4 De mes cours se déroulent en fait dans le quartier de Westwood, juste en dessous du campus de UCLA. Le quartier est très sympa et évidemment très étudiant. Il y a tout ce dont vous pourriez avoir besoin, plusieurs supermarchés, des compagnies de téléphones, des cafés, restaurants, fast-food et magasins de vêtements. C'est un véritable centre-ville !
Prochainement je vais essayer d'aller jusqu'à San Francisco, faire les parcs nationaux proches de LA et pourquoi pas New York pendant les vacances du prochain quarter. Encore une fois il faut s'organiser à l'avance.

 

- Que penses-tu de l’accompagnement IDDS ?

IDDS m'a permis d'éliminer beaucoup de stress concernant l'inscription aux écoles (UCLA extension et école française), des démarches qui sont souvent pénibles. IDDS m'a aussi aidé à trouver un logement qui n'est pas chose facile à Los Angeles et surtout lorsqu'on essaye de trouver quelque chose depuis la France. IDDS me fournit un accompagnement dont j'ai personnellement besoin, je ne suis pas seule à devoir me débrouiller dans un pays qui m'est étranger. Partir seule, c'est compliqué et ça peut faire peur alors que quelqu'un soit là pour aider est rassurant.

 

24 novembre 2017
Kevin : Retour sur sa préparation au TOEFL aux USA

Kevin D., étudiant de Totem Formation à Rennes, est actuellement en formation en langue à Los Angeles pour pouvoir intégrer un programme de Certificate en Management en Janvier prochain. Bonjour Kevin, peux-tu te présenter ?Je m’appelle Kevin D., j’ai...

Lire ce témoignage

Kevin D., étudiant de Totem Formation à Rennes, est actuellement en formation en langue à Los Angeles pour pouvoir intégrer un programme de Certificate en Management en Janvier prochain.

Bonjour Kevin, peux-tu te présenter ?
Je m’appelle Kevin D., j’ai 22 ans et j’ai validé un Bac +4 Responsable du développement commercial à Totem Formation à Cesson Sévigné à côté de Rennes. J’ai connu IDDS via Totem, qui propose de partir étudier en double diplôme en Bachelor et Master. J’ai toujours voulu partir étudier à l’étranger, et j’avais pour projet à l’origine de partir après mon BTS en Australie avec mon frère. Mais j’ai finalement reporté mon projet et ce sont les USA qui m’ont convaincus.

Alors pourquoi les USA plutôt que l’Australie ? Et Los Angeles, comment c’est ?
Los Angeles, sur le papier, ça fait rêver. Et c’est encore mieux lorsque l’on arrive ! Quand je suis arrivé, je crois que j’ai dû rester au moins 30 minutes devant l’aéroport tellement je n’en revenais pas d’être aux Etats Unis. A peine arrivé, j’entendais déjà les sirènes de police et de pompier, j’avais l’impression de me retrouver dans un film !
Quand je suis arrivé, j’ai vécu dans un premier temps en auberge de jeunesse à Hollywood, c’était génial ! Et puis j’ai déménagé pour me rapprocher de mon école qui se trouve à Westwood.

En parlant de ton école, tu es parti pour perfectionner ton niveau d’anglais et te préparer au TOEFL, tu

Halloween à Santa Monica

 peux nous en dire plus ?
Je suis à Kaplan à Westwood depuis Septembre 2017 pour me préparer au TOEFL. Je dois obtenir un score de 87 sur 120 pour pouvoir intégrer le Certificate. J’ai commencé ma préparation au TOEFL en France, et quand je suis arrivé ici, j’ai réalisé que les techniques d’approches de l’examen sont complètement différentes de ce que l’on peut penser. Ce sont des vraies méthodes, et ce n’est pas si facile que cela.
J’ai passé mon TOEFL une première fois. Les sujets : le lobe frontal du cerveau, la fusion nucléaire, l’art chinois, le camouflage des insectes, l’extinction des mammouths, etc. Des sujets pas forcément évidents. J’ai obtenu 70 sur 120. Pas suffisamment pour intégrer l’université mais je ne me suis pas découragé. Je l’ai donc passé une seconde fois, et j’attends maintenant les résultats.
Pendant mon séjour, j’ai évité les français au maximum pour vraiment me concentrer à l’anglais et à mon TOEFL. Je suis également le cours optionnel proposé à Kaplan, 1h de cours supplémentaire par semaine, et je dois dire que je recommande cette option à tout le monde car ce cours qui m’a apporté énormément.

Côté hébergement, tu as fait le choix de la famille d’accueil. Alors, heureux ?
A mon arrivée, j’étais en auberge de jeunesse côté Hollywood (assez loin de Westwood). Puis Kaplan m’a proposé 2 familles d’accueil et j’ai fait le choix de la plus proche de l’école en transport et proposant un maximum de commodités autour. Je suis donc désormais dans une famille d’accueil à Culver City. J’avoue que je m’attendais à un vrai cliché : une maison, une maman, un papa, des enfants, mais non, je suis dans une résidence d’appartements avec une femme vivant seule. J’avais peur d’être constamment seul mais mes appréhensions du début ont vite disparues.
J’ai l’occasion de vivre comme je l’entends, et en même temps dans un vrai contexte familiale. J’ai l’occasion de visiter des coins de la ville avec elle que je n’aurai jamais connue seul. Par exemple, pour Halloween, elle m’a emmené à Santa Monica ou la maison d’un producteur de film est décorée pour l’occasion, un coin connu seulement par les locaux, c’était magnifique ! Je découvre des petits lieux et adresses sympa, des bons restaus. Je me sens vraiment chanceux !

Tu es parti avec IDDS, est-ce que tu recommandes ?
A mille pourcent ! Honnêtement, IDDS s’est vraiment bien occupé de moi. Ils se sont déplacés jusqu’à Rennes dans mon école pour venir me rencontrer et me donner toutes les informations sur les programmes et le séjour en lui-même. A chaque fois que j’en ai eu besoin, IDDS était là. Et même encore maintenant, alors que ma situation est un peu compliqué, ils sont là et me trouvent des solutions. Le suivi est juste parfait ! Vraiment, je recommande !

13 novembre 2017
Camille S. Son départ en Double Diplôme en Nouvelle Zélande

Depuis bientôt 1 mois, Camille S., étudiante en Ressources Humaines à l’ISCG Paris est en double diplôme en Nouvelle Zélande. Nous avons décidé de la suivre tout au long de l’année : sa préparation, ses doutes, ses...

Lire ce témoignage

Depuis bientôt 1 mois, Camille S., étudiante en Ressources Humaines à l’ISCG Paris est en double diplôme en Nouvelle Zélande. Nous avons décidé de la suivre tout au long de l’année : sa préparation, ses doutes, ses moments de joie, ses cours et examens, vous saurez tout !

Commençons par le commencement : côté préparatifs !

 

Hello Camille, peux-tu te présenter ?

Je m’appelle Camille, j’ai 23 ans et je viens de Fontainebleau (77). Après un DUT GEA option Ressources Humaines, je me suis inscrite avec IDDS dans un programme double diplômant. Je pars pour Otago Polytechnic à Auckland, en Nouvelle Zélande mi Octobre.

Note d'IDDS: Otago polytechnic accepte les étudiants en 3e année de Bachelor après un BTS (CI, MUC, NRC, AM, Comptabilité, Tourisme, Design Graphique ou de produit) ou DUT (GEA, TC, GECO) sous réserve d’avoir le bon niveau d’anglais).

 

      Tu as donc fait le choix de partir en double diplôme, sur quel programme et pourquoi ?

Je pars donc avec l’ISCG à Paris pour un programme en double diplôme en Nouvelle Zélande. Je vais suivre le Bachelor en Applied Management de Otago Polytechnic.

Je trouve que c’est un cursus très complet, et l’avantage est que mon diplôme français sera valorisé par ce diplôme international. C’est un vrai plus pour un CV et je m’attends à une expérience personnelle énorme. Et au moins, je suis sûre d’être parfaitement bilingue en revenant !  

 

Direction la nouvelle Zélande ! Hâte de partir à l’autre bout du monde ?

J’ai de la famille en Nouvelle Zélande que je ne connais pas (encore) et j’avais envie de pouvoir les rencontrer. Et puis, je voulais partir loin pour être dépaysé et voir tout autre chose. Je pense que je ne pouvais pas faire plus loin, et j'en suis ravie !

 

L’accompagnement IDDS, c’est comment ? Le recommanderais-tu ?

Il y a beaucoup de suivi. IDDS est très disponible, c’est facile de communiquer avec eux. J’ai eu des réponses à toutes mes questions, et même avant même que je n’ai le temps de me les poser. C'est vraiment rassurant. 

Je recommanderai IDDS sans hésitation !

 

Retrouvez prochainement les aventures de Camille 1 mois après son arrivée en Nouvelle Zélande!

Une question à lui poser ? info@idds.fr

22 septembre 2017
Fabien rentre d'une année en double diplôme aux Etats-Unis UCLA Extension

Fabien L. étudiant de l’école Ecoris Annecy, membre du réseau IDDS, revient sur son expérience d’études au sein de UCLA Extension. Il vous raconte son parcours en double diplôme de la France jusqu’à la Californie.  Bonjour...

Lire ce témoignage

Fabien L. étudiant de l’école Ecoris Annecy, membre du réseau IDDS, revient sur son expérience d’études au sein de UCLA Extension. Il vous raconte son parcours en double diplôme de la France jusqu’à la Californie

Bonjour Fabien, vous revenez d’un double diplôme à UCLA Extension, pouvez-vous nous en dire plus sur le programme que vous avez suivi ?

Bonjour toute l'équipe IDDS ! Je suis parti avec Ecoris Annecy, membre du réseau IDDS. A Los Angeles, j'ai suivi un "Certificate in marketing with concentration in social media and web analytics" qui a changé de nom entre-temps pour devenir "certificate in marketing with concentration in digital marketing". A mon retour j'ai passé des épreuves orales à Ecoris afin de valider mon "Master 2 management et stratégie d'entreprises".
Pour rentrer un peu plus dans le détail, j'ai eu beaucoup de cours sur le marketing général avec environ 30 % de cours spécialisés sur le digital et les réseaux sociaux.

 

Étudier aux Etats Unis fait rêver de nombreux étudiants, avez-vous trouvé cela accessible aux étudiants internationaux ? Avez-vous eu des difficultés à suivre les cours et à rendre les travaux demandés ?

Les États-unis sont un pays très accessible pour étudier, les campus sont extrêmement grands et très bien adaptés aux étrangers, avec des services dédiés notamment.
Pour suivre les cours, c'est le début qui est compliqué, le temps de passer son cerveau en mode "anglais automatique". J'ai eu quelques mal de tête lors des premiers cours, mais l'on s'adapte très rapidement, les profs sont très compréhensifs.
Pour rendre les travaux, j'ai pour ma part eu beaucoup de projets de groupe, dont la plus grande difficulté était de réunir tout le monde en dehors des heures de cours. Mais sinon les efforts demandés sont à la hauteur de ce que l’on attend d'une université de ce calibre (UCLA). Peu d'heures de cours mais beaucoup d'heures de recherche et de travail de manière autonome. C'est un format que j'ai particulièrement apprécié pour sa flexibilité et responsabilisation.


Quels sont vos meilleurs moments ? Et les galères rencontrées ?Fabien UCLA Extension

En meilleur moment, j'ai beaucoup aimé voir Stan Lee (créateur de Marvel) à ma remise de diplôme. Il est venu faire un discours expliquant qu'au cours de sa carrière beaucoup de personnes ont essayées de le décourager dans ses idées, mais qu'avec de la détermination, il est allé au bout de ses rêves. De plus la cérémonie était vraiment bien faite, avec gâteaux et boissons, remise de diplôme retransmise en direct sur YouTube pour mes proches.

Les galères, quant à elles, ont étés peu présentes. Je dirais qu'il faut bien faire attention avec son budget, car lors de l'arrivé, on se croit un peu en vacances, on flambe et on se rend compte que l'on a encore 8 mois à tenir.
Il y a aussi les visas avec lesquels il faut faire attention, bien penser en cas de voyage de prendre tous les papiers nécessaires au risque de se faire bloquer à la frontière. Et le plus important, ne rien faire d'idiot qui serait plutôt commun en France mais pouvant engendrer des conséquences graves aux USA. Je pense notamment à l'alcool, car les campus américain c'est aussi les soirées dans des fraternités, mais la police n'est jamais très loin. J'ai vu plusieurs fois des étudiants saouls menottés, et j'espérais qu'ils n'étaient étrangers, car c'est une déportation vers la France à coup sûr.


Avez-vous eu l’occasion de voyager entre chaque trimestre ? (ou même pendant ?)

Oui, et je recommande à n'importe qui de prévoir un petit budget voyage ! Il y a tellement de choses à voir dans ce pays, que ce serait idiot de ne pas profiter de l'occasion ! Lors du mois de décembre, les américains ont un long break d'environ un mois pour les fêtes, c'est le moment idéal pour partir un peu.
Pour la part je suis allé à Las Vegas, à Seattle, au Mexique* (qui est à 2 heures de route de Los Angeles !), à San Francisco et au Grand Canyon. Pour information, il ne faut pas hésiter à regarder les transports par la route (les bus GreyHound), j'ai eu un aller/retour en bus de L.A à San Francisco pour 30$ !

*Pour tout voyage en dehors des frontières des U.S.A il est nécessaire de remplir certaines démarches auprès du service des relations internationales de l’université pour s’assurer d’être en mesure de retourner sur le territoire américain.

 

Si c’était à refaire, referiez-vous de la même manière ?

Je pense oui, je dois admettre que la prise en charge ne m'a réservé aucune mauvaise surprise. Tout m'a bien été expliqué. Je pense quand même qu'une voiture ou un scooter m'aurait été d'une grande aide pour découvrir cette immense ville, mais comme je ne souhaitais pas y rester, j'ai gardé le statut de piéton.


En 2 phrases, comment résumeriez-vous votre année d’études en double diplôme ?

Un apport culturel immense couplé à de très belles rencontres. Je suis maintenant plus technique dans mon vocabulaire et moins anxieux de m'installer à l'étranger.


Et aujourd’hui quels sont vos projets ?

Aujourd'hui, je suis à la recherche d'un emploi. Grâce au visa étudiant, n'importe qui peut prétendre à un visa de travail d'un an à la fin de l'année d'études**, et je compte bien essayer d'en profiter pour découvrir une autre partie des USA.

**Dans le cadre du visa OPT (Optional Practical Training) les étudiants ayant suivis un programme diplômant ou certifiant de 9 mois minimum sont éligibles pour ce visa, donnant accès au marché du travail américain pour une durée de 12 mois.

25 avril 2017
Emilie E. - Séjour linguistique UK Oxford

Bonjour,  je m’appelle Emilie J’ai décidé en 2016 à poursuivre mes études avec IDDS pour faire un M2 à UCLA Extension (NB: en double diplôme avec Totem Formation). Après avoir bachoté mon TOEFL pendant deux mois j’ai...

Lire ce témoignage

Bonjour,  je m’appelle Emilie

J’ai décidé en 2016 à poursuivre mes études avec IDDS pour faire un M2 à UCLA Extension (NB: en double diplôme avec Totem Formation). Après avoir bachoté mon TOEFL pendant deux mois j’ai passé l’examen et j’ai échoué. J’ai eu un score de 62 au lieu des 87 attendus pour intégrer l’école. Je savais que je ne pouvais pas atteindre le score attendu par mes propres moyens il me fallait un coup de pouce. Et j’avais réellement besoin de changer de pays. IDDS m’a donné les coordonnées de l’organisme KAPLAN, j’ai reçu des devis qui avaient des prix plus compétitifs que d’autres organismes.

Je suis actuellement un semestre intensif de langue à Oxford pour une période de 5 mois. Je vais débuter mon 4ème mois de cours de langue et je trouve que j’ai fait des progrès en anglais. Notamment en Listening, Reading, Writing et Speaking. C’est difficile de se juger soi-même, mais je remarque les progrès de mes camarades de classe. Il y a des tests de progression toutes les 5 semaines c’est grâce à ceux-ci que je sais quels sont les points à appuyer pour progresser.

Je projette toujours d’aller à UCLA Extension, et cette fois je vais passer l’IELTS, je pense qu’il est plus prévisible, et donc plus facile à préparer que le TOEFL.

Je vous recommande KAPLAN car c’est un organisme sérieux !

16 janvier 2017
Oladotun M. - Etudiant à Dublin

Présentez-nous votre parcours. Quel double-diplôme avez-vous choisi ? Après mon bac, J'ai commencé par des études de langues à la fac, mais j'ai décidé de me diriger vers un BTS Commerce international qui m'offrait un cadre de travail qui me...

Lire ce témoignage

Présentez-nous votre parcours. Quel double-diplôme avez-vous choisi ?

Après mon bac, J'ai commencé par des études de langues à la fac, mais j'ai décidé de me diriger vers un BTS Commerce international qui m'offrait un cadre de travail qui me correspondait mieux. J'ai décidé ensuite d'entrer en école de commerce et j'ai commencé par une année de Bachelor en affaires internationales pour ensuite enchaîner avec 2 années de Mastère en Affaires Internationales.

Comme double diplôme, j'ai choisi un MBA Commerce international.

 

Pourquoi avoir opté pour le double-diplôme ?

J'ai opté pour le double diplôme car je voulais approfondir mes connaissances déjà acquises et en apprendre des nouvelles. En entrant dans le cursus international, je voulais étudier à l'étranger pour compléter mon parcours scolaire et découvrir une nouvelle manière de travailler dans un nouveau pays.

 

Quels avantages a-t-il selon vous ?

L'avantage d'avoir un double diplôme permet d'élargir ses connaissances. Il permet d'être plus employable à l'international et d'accéder à des postes à responsabilités.

De plus cela permet de perfectionner son anglais et de côtoyer des étudiants du monde entier, qui seront peut être à l'avenir des partenaires de travail.


Qu'apportent les études à l'étranger ?
Les études à l'étranger permettent de découvrir une nouvelle manière d'apprendre, de s'ouvrir aux cultures et de faire des connaissances.

 

Quels conseils donneriez-vous à un jeune qui hésite à se lancer dans l'aventure du double-diplôme ?

Pour une personne qui veut se lancer, je lui conseillerai d'une part d'être préparée psychologiquement à connaître une nouvelle culture et d'oublier tous les clichés qu’il peut connaitre par rapport au pays en question. Il faut se lancer à l'aventure et découvrir les choses par soi-même. C'est un avantage indéniable à tous les points de vue et une expérience enrichissante qui sera bénéfique à coups sûr, au niveau professionnel et personnel.

 

Quelles sont vos ambitions, projets, perspectives de carrière ?

Pour ma part, je compte avoir quelques expériences professionnelles dans le milieu du commerce international (grandes entreprises et moyennes entreprises).

Avant de créer ma propre entreprise dans le même domaine mais basée en Afrique (au Nigeria particulièrement) car les opportunités en Afrique sont grandissantes donc je veux m'impliquer dans la croissance économique du continent.